Quel statut artisan seul ?

L’artisanat est la colonne vertébrale de nombreux secteurs économiques, notamment le bâtiment, les métiers d’art, la restauration ou la rénovation. Pour les artisans souhaitant lancer leur activité en solo, le choix du statut juridique est un élément crucial qui peut influencer le développement de leur entreprise, leur fiscalité, et leur responsabilité personnelle. Dans cet univers de création et d’innovation, décider d’opter pour une micro-entreprise, une EURL, une SASU, ou tout autre statut nécessite de peser soigneusement les avantages et les inconvénients de chacun. Dans ce guide, vous découvrirez les clés pour faire le meilleur choix pour votre situation. Que vous soyez un maçon avec l’envie de bâtir votre société ou un peintre prêt à colorer le marché, ce tour d’horizon vous est dédié.

Le statut de micro-entrepreneur : simplicité et flexibilité

Le statut de micro-entreprise, anciennement connu comme étant celui d’auto-entrepreneur, est souvent le premier qui vient à l’esprit des artisans souhaitant démarrer seuls leur activité. Et pour cause, il propose une entrée en matière administrative relativement simple et des obligations comptables allégées. Cela permet de se concentrer sur l’essentiel : le savoir-faire et le développement de clientèle.

Devenir un micro-entrepreneur implique un régime fiscal et social spécifique : le micro-social et le micro-fiscal. Ces régimes permettent de payer des cotisations sociales et des impôts sur le revenu en fonction du chiffre d’affaires réalisé, avec des seuils à ne pas dépasser. Pour 2023, ces seuils sont fixés à 72 600 euros pour les prestations de service et 176 200 euros pour la vente de marchandises. Pour approfondir le sujet, continuez à lire la suite ici.

L’EURL : une structure avec responsabilité limitée

Pour les artisans qui recherchent une séparation claire entre leurs biens personnels et professionnels, l’EURL (Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée) est une option séduisante. Ce statut juridique offre une responsabilité limitée : en cas de faillite, seuls les apports au capital social de l’entreprise peuvent être touchés, préservant ainsi le patrimoine personnel de l’artisan.

La gestion d’une EURL est plus exigeante que celle d’une micro-entreprise. Il faut tenir une comptabilité complète, organiser une assemblée générale annuelle et rédiger des statuts. Cependant, cette structure permet plus de crédibilité auprès des partenaires financiers et des clients, ce qui peut être un atout considérable pour certains artisans du bâtiment ou d’autres secteurs où les projets sont d’envergure.